Le trajet le plus court et même temps le plus spectaculaire (en longeant le PAN) pour rejoindre le camp d’HALALI est de 59 kms.

 

Comme c’est assez proche, on fait toutes les boucles en s’arrêtant longtemps aux points d’eau. Il faut dire aussi que c’est sûrement à cet endroit que le paysage est le plus spectaculaire. Le PAN, un lac desséché qui est devenu un désert de sel brille de mille feux en cette saison sèche. Il parait qu’en saison humide, il reflète comme un miroir quand il est inondé… tout comme le DEADVLEI, d’ailleurs!
Il mesure 130 kms de long et s’étale sur 4800 km2… Il s’étend donc à perte de vue et c’est vraiment impressionnant !!!

 

 

On a beau l’avoir tous plus ou moins vu dans des films ou des pubs, c’est totalement irréel. La chaleur forme des mirages à la surface de cette immense étendue blanche… Peu d’animaux, on en profite donc pour descendre de voiture et faire quelques photos…

 

 

Les points d’eau sont très beaux également et très fréquentés. On y croise un immense troupeau de zèbres et le seul élan du Cap (la plus grande des antilopes) de notre séjour en Namibie.

 

 

Le camp d’HALALI est sûrement celui qui a le moins de charme. Il y a si peu de visiteurs qu’on nous laisse choisir notre emplacement sur place dans le camp. On le choisit sous un arbre avec un salon bâti et un braï (ils ne l’ont pas tous…)

 

 

 

Leur point d’eau est le plus beau de tous les camps de la réserve. On s’installe au coucher du soleil avec une bonne bouteille sur une des nombreuses roches plates aux alentours et on admire le spectacle permanent de tous les animaux qui viennent s’ébattre et s’abreuver… Des éléphants par dizaines, un rhinocéros, 2 lions, une multitude d’herbivores, même un lièvre…
On assistera même à un simulacre de combat entre un jeune éléphant et un rhinocéros…

 

 

 

Partagez...
Pin Share
error: Contenu protégé !
%d blogueurs aiment cette page :