Ce qui nous a d’abord décidé à aller sur Rottnest Island, ce sont les quokkas puisque que c’est le dernier endroit en Australie où on peut encore voir ce petit marsupial endémique au pays. On ne s’attendait pas à y trouver aussi de magnifiques plages (63 exactement!) baignées par une eau turquoise transparente…

 

A 19 kms au large de Fremantle, Rotto comme l’appellent les locaux est une toute petite île de moins de 20 kms2 dont la route circulaire fait moins de 25 kms! Il n’y a aucune voiture, seul un bus circule 3 fois/jour. Rottnest Island a des airs de paradis sur terre… même si pour moi, la mer est censée être un peu plus chaude au paradis!

 

Facilement accessible, l’île est devenue, au fil des années, une véritable attraction touristique tant pour ses plages paradisiaques que pour ses quokkas avec environ 700 000 visiteurs par an!
Difficile d’imaginer que sous son aspect de carte postale, elle abrite un sombre passé dont on voit encore certains vestiges.

 

Sa découverte, par des marins hollandais, remonte au 17ème siècle et c’est William de Vlamingh, le second explorateur, en 1696, qui lui a donné le nom de Rottnest (nid à rats en néerlandais) par rapport à l’abondance de quokkas qu’il avait confondus avec des gros rats… Elle était inhabitée et s’appelait « Wadjemup » en langue aborigène.
C’est dans les années 1830 que l’histoire de l’île s’assombrit. Alors que les colons commencent à s’installer sur le continent, les conflits éclatent avec les les autochtones. En 1838, les premiers aborigènes sont incarcérés sur Rottnest Island qui devient l’année suivante, leur établissement pénal officiel et ce jusqu’en 1904!!!
L’île changera ensuite de statut pour être un camp de travaux forcés jusqu’en 1934 !!!
Pendant près d’un siècle, le paradis d’aujourd’hui, a été l’enfer pour les aborigènes qu’on a obligé à construire un grand nombre de bâtiments et différentes structures… on estime qu’environ 370 prisonniers y auraient laissé la vie…
Et ce n’est pas fini: pendant les 2 guerres mondiales, l’île a été réquisitionnée pour servir de camp d’internement pour les prisonniers de guerre. Après quelques années à servir de camp d’entraînement entre les années 1950-1970, elle est enfin devenue l’attraction touristique touristique qu’elle est aujourd’hui!

 

Un des faits les plus surprenants de l’île, c’est la couleur ocre dont sont revêtus la majorité des bâtiments. A leur construction, ils étaient blancs (comme souvent sur les îles…) mais les marins se plaignaient d’être éblouis à l’approche du rivage alors ils ont été repeints. Pour ne pas perdre le stock de peinture blanche, on l’a teintée avec tout le métal rouillé qu’on trouvait, d’où cette couleur ocre orangée… Seuls, 1 ou 2 bâtiments ont gardé leur couleur blanche d’origine, dont le phare.

Y aller:

Il y a plusieurs moyens de rejoindre l’île: en avion ( avion privé ou charterisé, hélicoptère ou hydravion…stylé mais cher!), en bateau privé ou en ferry

 

N’ayant pas gagné au loto avant de partir… dommage (!) et pas d’amis avec un bateau, on y est donc allé en ferry.
Des 3 compagnies existantes: ROTTNEST EXPRESS, ROTTNEST FAST FERRIES et SEALINK ROTTNEST ISLAND, c’est la dernière qui nous proposait le meilleur tarif. On s’est servi de ce comparateur des prix sur les traversées pour faire notre choix et ensuite, on est allé sur le site de la compagnie pour réserver…

 

On peut rajouter un transport de vélo à 15 AU$ (9€) si vous en avez déjà un ou une location de vélo à 30 AU$ (19€) (chez Pedal & Flipper). L’aller-retour + une location de vélo + droits d’entrée sur l’île reviennent à environ 100 AU$ (63€)/personne en janvier 2022!

 

Le ferry part de l’embarcadère B-Shed, 1 Peter Hughes Dr, Fremantle. Il y a un grand parking pour laisser sa voiture au tarif de 10 AU$ (6€)/jour.
La traversée dure entre 30 et 35 mns. La traversée peut être « cahoteuse » alors prévoyez un anti-nauséeux si vous êtes sujets au mal de mer.
On a choisi un départ de Fremantle aux alentours de 9h00 et un retour au départ de Rottnest autour de 20h00, ce qui fait un retour de nuit (le coucher de soleil est à 19h15 en été!). J’avoue que l’aller, plutôt tranquille, sous le soleil était beaucoup plus agréable que le retour, nettement plus mouvementé, dans le noir et sous un énorme orage avec les vagues qui déversaient des seaux d’eau sur le bateau…

 

Se déplacer sur place:

Le ferry arrive et repart de Thomson Bay sur l’île. Le Visitor Centre se trouve juste à l’entrée du débarcadère, on peut y obtenir une carte et tous les renseignements dont vous pourriez avoir besoin…
Aucun véhicule n’est autorisé sur l’île, les 3 seuls moyens de locomotion sont donc: à pied (réservés aux grands marcheurs!), le vélo ou le bus…

Plan de Rottnest Island

En vélo:

PEDAL AND FLIPPER, sur Bedford Avenue, juste derrière l’Hotel Rottnest, est l’endroit où on loue les vélos et les équipements de plongée. Il vaut mieux les réserver à l’avance soit avec le ferry, soit directement sur le site car ça donne accès à la file prioritaire. Au même tarif, je pense que c’est mieux de le faire sur le site parce qu’il y a plus d’options: un vélo en fonction de sa taille et même un vélo électrique! Il vous sera demandé la confirmation de cette réservation, une pièce
d’identité et une carte de crédit en caution: 50 AU$ (31€) pour les vélos standards, 200 AU$ (125€) pour les électriques. Chaque vélo est fourni avec un casque (port obligatoire) et un antivol mais d’autres accessoires peuvent être loués sur place: un panier, un siège bébé ou une remorque enfant… On peut réserver un vélo standard et changer pour un vélo électrique (si
disponible) en réglant le supplément sur place. Tout l’équipement de plongée (tuba ou bouteille) ou de jeux de plage est également disponible à la location…

Pedal and Flipper Price List_Jan 2021

 

 

On a pris des vélos standards mais avec le recul et pour juste 40 AU$ (25€) de plus, on aurait dû prendre des vélos électriques! Il vaut mieux vous prévenir que pédaler sur Rottnest n’est pas une balade de santé. Il y a très peu de plats, ça monte tout le temps et quand ça descend, avec le vent de face, on n’avance pas. Je suis habituée au vélo, mon beach bike sans vitesse est mon mode de déplacement prioritaire dans mon village et pourtant j’en avais vraiment plein les pattes!!!
On a, d’ailleurs, croisé de nombreuses personnes qui marchaient à côté de leur vélo…
N’oubliez pas de faire des réserves d’eau avant de partir parce qu’avec le vent qui dessèche ( il y a toujours 3 fois de vent sur l’île que sur le continent!), le soleil, le peu d’ombre et les côtes à grimper, vous en aurez vite besoin! On ne trouve que 4 points d’eau potable et ils sont tous proches de Thomson Bay!

Il y a 45 kms de pistes cyclables sur l’ile et la balade pour en faire le tour (22 kms) prend environ 6h (avec les arrêts).
On peut se contenter de suivre la côte mais ce serait dommage de ne pas emprunter les routes centrales qui mènent aux lacs salés qui sont magnifiques.

Plan pistes cyclables

En bus:

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas vous déplacer en vélo, un bus touristique (ISLAND EXPLORER BUS SERVICE) fait le tour de l’île en s’arrêtant à 19 arrêts! Il circule toutes les 45mns de 8h00 à 15h00.On peut descendre et remonter autant de fois qu’on veut le long du parcours. Le billet coûte 20 AU$ (13)/adulte, 15 AU$ (9€)/enfant et il se prend en ligne sur le site ou au Visitor Centre.

Et si vous passez une ou plusieurs nuits sur l’île (petits veinards!), il sera beaucoup plus pratique de déposer vos bagages à votre hébergement avant de louer un vélo pour la visiter. Il existe donc un bus dédié aux hébergements (ACCOMODATION SHUTTLE BUS) dont on peut prendre le billet au Visitor Centre, à l’arrêt principal ou directement auprès du chauffeur. Il coûte 3 AU$ (2€)/ jour/personne ou 5 AU$ (3€)/semaine/personne. Les enfants de moins de 5 ans voyagent gratuitement. Si vous avez acheté un billet pour l’Island Explorer Bus, il sera compris dedans!
Il circule également toutes les 45 mns entre 7h30 et 19h00.

Horaires des bus

A Voir:

Il est conseillé de faire le tour dans le sens des aiguilles d’une montre pour avoir le vent dans le dos et c’est ce qu’on a fait mais, à partir du principe où on fait le tour de l’île, on a forcément le vent de face à un moment ou un autre!
La route est belle, bitumée sans nids-de-poule. Très vite, on croise la ligne de chemin de fer (il semblerait qu’il y ait un train sur Rottnest Island mais on ne l’a jamais vu!) et des panneaux nous mettant en garde contre le risque de chute au niveau des rails…
La route circulaire qui longe la côte et les plages est dépourvue d’ombre alors que celle du centre l’est beaucoup plus car elle est bordée d’arbres.

 

 

– Les QUOKKAS

Le quokka est certainement la raison principale du tourisme sur l’ile! Et c’est vrai qu’il est réellement sympathique cet adorable petit animal avec son « sourire », on le qualifie même de « l’animal le plus heureux sur terre »!
C’est un petit marsupial de la taille d’un chat! Comme tous les marsupiaux, la femelle élève son petit dans sa poche ventrale, il a une activité plutôt nocturne et préfère passer la journée à dormir à l’ombre. Il a une espérance de vie de 10 ans environ. On estime qu’il y en aurait une population de 12 000 sur l’île!

Les quokkas sur Rottnest Island, c’est un peu comme les champignons à l’automne. On est impatient d’en voir un, on redoute de rentrer bredouille et puis… quand on en voit un, on en voit plein! C’est dans le nord de l’île, après 2 bonnes heures de vélo (et de multiples arrêts!) qu’on a commencé à en voir. J’ai un peu regretté que dès qu’on s’arrête avec eux, on est vite rejoints par d’autres touristes qui veulent aussi en profiter!!! Il vaut mieux donc rester discrets si vous voulez passer un moment avec eux en toute tranquillité…

Ils sont très sociables et n’hésitent pas à fouiller nos sacs à dos ou monter sur nos genoux. Il faut éviter de sortir la pomme ou la banane qu’on se réservait en en-cas parce qu’ils vont tout faire pour en profiter. Pareil pour la bouteille d’eau qu’il faut cacher soigneusement et ça fait de la peine parce qu’ils donnent l’impression de mourir de soif!
Il est interdit (sous peine d’amende) de leur donner quoique ce soit pour ne pas perturber leur équilibre alimentaire et attention à la délation: il y a un numéro de tél dédié pour appeler les rangers si on constate ce « délit »…

Ils se nourrissent principalement de verdure et de racines et ce sont les nombreuses plantes succulentes de l’île qui leur apportent le peu d’eau nécessaire puisqu’il n’y a aucun point d’eau douce!
Les interactions avec eux sont autorisées et même encouragées, un guide du parfait « quokkaselfie » a même été édité! Comme ça y est précisé, le meilleur moyen d’obtenir cette photo souvenir est la perche à selfie…

 

 

Mais les quokkas ne sont pas les seuls habitants de l’île et on a eu la surprise d’être également visité par des scinques, ces gros lézards inoffensifs mais impressionnants! Il y a aussi des serpents (venimeux!) mais on n’en a pas vus…

 

 

– Les PLAGES

Avec plus de 63 plages et 20 baies tout au long du parcours, on prend du bleu plein les yeux! La couleur de l’eau est assez incroyable avec une telle variété de nuances qu’on pourrait facilement se croire en Polynésie! Ca nous rappelle que l’Océan Indien peut lui aussi produire des couleurs spectaculaires (aux Maldives par ex…) et visiblement, il ne se gène pas non plus sur la côte ouest de l’Australie!
Le seul bémol que j’emmétrais est sur la température de l’eau, elle est vraiment très très fraiche. Ne faites donc pas l’impasse sur une combinaison pour plonger parce que vous le regretterez très vite!

Avec plus de 400 espèces de poissons (dont 135 tropicales) et plus de 20 espèces de corail, l’ile mérite amplement son statut de réserve marine. Il a de nombreux endroits pour espérer en voir en plongée dont voici les 8 plus réputés… De Parker Point, au sud de l’île, il existe un sentier de snorkeling recommandé: le PARKER POINT SNORKEL TRAIL. Il fait une boucle de 2 kms de long et prend environ 90 mns pour le parcourir. 12 panneaux explicatifs sur la faune et flore sont disséminés le long du parcours, ils sont installés sur des bouées avec des anses sur lesquelles on peut s’accrocher pour les lire…
Les plongeurs en bouteilles ne seront pas en reste puisqu’on compte 13 épaves de bateaux à explorer aux alentours de l’île!

 

 

– Les LACS

10 % de l’île sont recouverts par 12 lacs sur une superficie de 200 hectares. Ce sont tous des lacs salés dont la salinité est 4 fois plus importante que celle de l’océan! Leur sel a été exploité depuis les années 1830 et exporté sur le continent où il était un moyen très pratique de conservation avant l’arrivée de la réfrigération…

Certains de ces lacs s’évaporent presque complètement durant l’été, d’autres prennent une jolie teinte rose à certaines périodes de l’année.
Il suffit de prendre la route intérieure pour les trouver. Moins touristique donc moins empruntée, cette route mène à un des plus jolis coins de l’île… et chut… un de ceux, où on voit le plus de quokkas!

 

Restaurants:

ROTTNEST BAKERY, Maley St, Rottnest Island

Une étape obligatoire que ce soit pour prendre le petit-déjeuner à l’arrivée ou pour acheter des sandwichs à mettre dans le sac à dos pour la journée.
La drôle de petite porte saloon à l’entrée a été installée pour empêcher les quokkas de venir se servir!

– THOMSONS, Colebatch Ave, Rottnest Island

En plein centre du village, sur la baie du même nom, celui de Robert Thomson, un exploitant de sel dans les années 1840, c’est là qu’on a diné en attendant le retour sur Fremantle. On peut y manger sur la terrasse ou derrière de grandes baies vitrées d’où on peut voir l’embarcadère et l’arrivée du bateau… pratique!
Le plat de calamars à 22 AU$ (14€) était bon et l’ambiance quoique familiale et bruyante, sympathique…

Ndr: ce restaurant n’a visiblement pas survécu à la crise du Covid et a définitivement fermé en mars 2020 malheureusement!

 

 

KALLI’S ON ROTTO

Une caravane au look vintage, située au pied du phare (Wadjemup Lighthouse) où on peut se poser, prendre une boisson ou un snack devant une magnifique vue.

MAEVE’S ON ROTTO

Un combi Volkswagen vintage de 1960 qui fait le tout de l’île en proposant quelques snacks mais surtout des boissons et un excellent café. Vous le croiserez sûrement sur le parcours…

 

On a beaucoup aimé cette escapade sur Rottnest, on a juste regretté de n’y avoir passé qu’une petite journée. Avec le recul, si c’était à refaire, on y serait allé par le ferry de fin de matinée pour en repartir le lendemain midi en passant la nuit sur place. Ca nous aurait permis de voir le coucher de soleil, non visible depuis Thomson Bay où on a dû attendre 3 heures après le rendu des vélos à 17h max! Les quokkas sont plus actifs le matin et le soir donc on les voit beaucoup plus et surtout, l’île se vide à partir de l’heure de rendu des vélos jusqu’au ferry du lendemain et on peut profiter calmement des plages désertes et des magnifiques paysages… C’est d’ailleurs ce que recommandent tous les locaux.
Seul problème, les hébergements sont chers et les seuls qui sont abordables (ci-dessous) sont réservés des mois à l’avance, surtout en période de vacances ou le weekend, difficile donc d’improviser à la dernière minute!

Hébergements:

KINGSTON BARRACKS, Kingstown Rd, Rottnest Island

La seule auberge de jeunesse de l’île est installée dans l’ancien baraquement militaire à 1km au sud de l’embarcadère de Thomson Bay. On peut y dormir en dortoir: à partir de 57 AU$ (36€) ou en chambre double: à partir de 108 AU$ (68€).
Si les draps sont fournis, les serviettes ne le sont pas et l’alcool y est interdit!

kingstown-barracks

CAROLINE THOMSON CABINS

Je pense que c’est l’option qu’on aurait choisi. Dans le village, ce sont des bungalows simples mais self contained de 6 personnes à partir de de 124 AU$ (78€).

bathurst-caroline-thomson

NORTH HERITAGE BUNGALOW

Proches du village, ces bungalows ont été les 1ers hébergements de vacances construits dans les années 1920. Ils sont self contained mais leurs parois en toile conviennent mieux au climat chaud de l’été!
Bungalow 4 ou 6 personnes à partir de 155 AU$ (97€)

DISCOVERY PARK, Strue Rd, Rottnest Island

Pour une expérience glamping… Ce park propose 83 tentes écologiques entièrement meublées à partir de 190 AU$ (119€), ainsi qu’un bar en bord de piscine, le tout magnifiquement situé sur la Pinky Beach.
Chaque tente est reliée par des promenades en bois à leur restaurant de plage, le PINKY’S BEACH CLUB, où on peut dîner ou siroter un cocktail tout en admirant le sublime coucher de soleil.

 

 

 

Partagez...
Pin Share
error: Contenu protégé !
%d blogueurs aiment cette page :